Notre amour pour l’aéroponie

La NASA fait la promotion de l’aéroponie comme étant l’une des meilleures solutions écologiques pour l’avenir de l’agriculture et de la sécurité alimentaire. Nous sommes choyés de pouvoir expérimenter une technique avec autant de potentiel.

En 2005, j’assistais à une conférence d’Hubert Reeves dans laquelle il posait la question : “Qu’allons-nous manger demain?” Ces dernières années, les problèmes de désertification, perte des terres arables, transport des aliments et pollution de l’eau sont des rappels douloureux de nos mauvaises habitudes de consommation.

Des solutions existent sous plusieurs formes qui consistent à faire plus avec moins, réutiliser plus et gaspiller moins. L’aéroponie a été développé dans ce contexte.

 

Les avantages de l’aéroponie verticale

Dans les années 1990, des recherches de la NASA ont prouvé que l’aéroponie haute pression (HPA en anglais) était la technique la plus efficace en eau et engrais pouvant soutenir n’importe quelle plante, même les arbres. Depuis, aucune autre meilleure technique n’a été développée. Seuls les résultats et récoltes de l’aéroponie continuent d’être améliorés.

Nos poivrons de trois mois en aéroponie basse pression

L’aéroponie haute pression fonctionne avec une pompe (50-250 psi) et des brumisateurs qui déposent directement sur les racines des plantes des gouttelettes de 50 microns de solution nutritive. C’est une technique délicate qui peut tourner à l’échec, mais lorsque faites correctement apporte des résultats incomparables aux autres méthodes d’horticulture.

  • Parce que les plantes ont plus facilement accès aux nutriments, celles-ci dépensent moins d’énergie sur leur système racinaire. Elles poussent donc plus vite, sont plus en santé et produisent des récoltes plus grosses.
  • “L’aéroponie peut réduire la consommation d’eau de 98%, d’engrais de 60%, et de pesticide de 100%” – NASA, 2007
  • Les fermes verticales utilisent environ 1/10 de l’espace en comparaison à l’agriculture conventionnelle, réduisant ainsi la pression sur les terres et les milieux naturels.
  • L’agriculture urbaine réduit le transport des aliments étant située à proximité de la densité de population.

Une histoire inspirante

On voit de plus en plus de fermes urbaines, verticales et/ou hydroponiques émerger aux États-Unis, Canada, Japon et en Europe. Mais la compagnie la plus inspirante pour nous est AeroFarms au New Jersey.

Ayant débuté en 2004, celle-ci opère maintenant 9 fermes verticales aéroponiques, dont l’une est la plus grande ferme intérieure au monde. Ces visionnaires compétitionnent avec une agriculture américaine hautement subventionnée et produisent 390 fois plus par acre que les cultures en champs.

Notre aventure aéroponique jusqu’ici

Notre système vertical dans un solarium de 14 pieds de haut, hiver 2017

Depuis deux ans, nous expérimentons l’aéroponie basse pression. Avant cela, je jardinais de façon amateur et essayais l’aquaponie avec des résultats mitigés. Pour sa part, JF est un véritable hydroculteur avec 19 ans d’expérience. Au début de notre projet dans le solarium de 14 pieds de haut, l’aéroponie était sa dernière frontière.

Depuis, nous n’imaginons plus retourner en arrière voyant l’aéroponie comme la seule option évidente. Nous sommes éberlués encore chaque jour de voir ces plantes en santé qui poussent aussi vite. L’année dernière, nous nous sommes amusés à manger des mûres sauvages dont les branches de croissance ont atteint 17 pieds en un hiver. Aussi, nous avons récolté plus de 400 piments d’espelette sur 3 plants.

Nos poivrons aéroponique de 3 mois

Dans notre système actuel, nous récoltons des radis géants en 3 semaines, laitues icebergs en 4-8 semaines et poivrons depuis que les plants avaient 2 mois.

Pompe booster Aquatec 8800 pour la haute pression
Nous obtenons des résultats impressionnants avec un système basse pression seulement. Maintenant, nous venons à peine de recevoir une pompe booster Aquatec 8800 pour la haute pression et nous avons très hâte de l’expérimenter. JF a déjà mis au point un petit système pour tester déjà très performant après 48h. Nous partagerons plus de détails et photos très bientôt alors merci de nous suivre.

 

 

Vertiponic garden winter 2018

3 pensées sur “Notre amour pour l’aéroponie”

  1. Avez vous de la documentation (en français) à me suggérer pour un système à échelle domestique. Je fais présentement de l’aquaponie.

    Merci

    1. Bonjour Roger,
      JF recommande à tout le monde depuis des années un ouvrage de références de base appelé Le jardinage intérieur de George F. Patten, 1996. L’aéroponie étant une technique avec une mince marge d’erreur, c’est important de savoir maîtriser les paramètres commun a toutes les cultures intérieures et hydroponique comme la lumière, l’air, les solutions nutritives, PH, temperature et c’est ce que ce livre couvre de façon très professionnelle. Par contre il y a très peu d’information sur l’aéroponie en tant que tel et nous ne connaissons pas de ressources en ligne en français. JF fait dire que la première chose à considèrer avant les équipements, pompes, brumisateurs c’est le système de filtration. Si on n’y consacre pas de la rigueur on peut se retrouver avec des lignes bouchées et perdre des plantes en peu de temps. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions spécifiques et nous essayerons de partager plus d’information technique sur nos systèmes dans les prochains temps. Finalement nous participerons à ce rassemblement de jardiners urbains le 28 avril prochain https://www.eventbrite.ca/e/billets-rendez-vous-des-jardiniers-urbains-44611477129. Nous aurons des systèmes et plantes en démonstration et pourrons echanger face à face. Au plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *