Hiver 2018 – Aéroponie sous ampoule sodium

Album : Hiver 2018, Aéroponie intérieure
Le carrousel est une création de flickr embed.

Voici un retour sur notre jardin intérieur de l'hiver/printemps 2018 et une réflexion sur les engrais biologiques en aéroponie. Les débuts en haute pression Le système intérieur de 16 pieds carré a continué d'être très généreux avec nous ce printemps. Nous avons récolté poivrons King of the North et poivrons Doe Hill, radis géants mauve et radis melon, betteraves Chiagga, laitues iceberg, basilic, aneth, coriandre et tabac. JF a fait ses premiers tests avec la pompe haute pression Aquatec 8800 à la mi avril sur un mini système en PVC. Comme il était pressé d'essayer la pompe et faute d'avoir déjà les bons brumisateurs, il a démanché des têtes de bouteilles aérosol pour les convertir en buses de brumisation. Malgré ces buses de fortune, les bébés concombres, tomates et tabacs installés dans ce système ont eu une croissance fulgurante en deux semaines. JF a donc pu faire une superbe démonstration d'aéroponie haute pression à la journée des jardiniers urbains de Montréal le 28 avril (exactement le lendemain de la naissance de notre petit coco). Vers la mi mai JF a alors ajouté des lignes hautes pressions sur nos deux tables principales et les plantes ont beaucoup apprécié. Non seulement leur vitesse de croissance et leur vigueur ont augmenté mais les racines sont redevenues blanches, même sur les poivrons de 4 mois. La pompe qui délivre 5.6 litres/minute à 125 psi donne assez de pression pour 10 brumisateurs à 50 psi. Comment choisir les engrais biologiques en aéroponie ? Un des problèmes les plus fréquents pour ceux qui expérimentent l'aéroponie est la congestion des brumisateurs. Les matières organiques, susceptibles de bloquer la circulation de l'eau et mettre en péril l'irrigation des plantes, deviennent donc des ennemis redoutables et les engrais biologiques en sont principalement fait (thé de compost, jus de vers de terre, algues, etc.) Pour résoudre ce problème sans se résigner à nous nourrir seulement d'engrais chimiques, nous avons misé sur un bon système de filtration et sur certains produits d'Advanced Nutrients qui répondent exactement à nos besoins. D'abord, JF a observé que le diaphragme de nos nouveaux brumisateurs sert en quelque sorte de mini filtre pour chaque buse et aucune d'entre elles ne s'est bouchées depuis que le système haute pression est en fonction. Cela n'enlève pas la nécessité d'avoir un système de filtration performant sur la pompe directement. Le notre est un filtre de polissage Marineland Magnum 350 pour les aquariums à eau salée. Fait à noter que ce filtre est nettoyable et réutilisable selon la méthode du fabriquant. Rappelons aussi qu'une des raisons pourquoi on aime l'aéroponie est que la question des pesticides et fongicides se pose très peu. Pour ce qui est d'éviter les algicides ils faut toujours s'assurer que les bassins et lignes d'eau reçoivent le moins de lumière et chaleur possible. La pompe à air pour oxygéner l'eau est aussi essentielle. Pour parler d'hydroponie biologique, on entend parfois le terme bioponie. Fait à noter que la bioponie est en fait une technique brevetée par William Texier, cofondateur de General Hydroponique Europe qui a des liens étroit avec Monsanto/Bayer. Bien que sur papier sa technique était prometteuse en 2004, GHE n'a jamais réussi à battre le record de la NASA d'une solution nutritive biologique à 74%. Advanced Nutrients est la seule compagnie à avoir réussit cet exploit et créer une solution nutritive biologique à 94%. Advanced Nutrients, les engrais biologiques no.1 Notre engrais biologique de base, est sans hésitation le Mother Earth Super Tea d'Advanced Nutrients. Durant ses nombreuses années d'expérience en hydroponie, JF a testé beaucoup de formules biologiques chez les concurrents d'AN. En plus d'y avoir trouvé des produits mal filtrés, il a également vu nombres de récoltes se faire brûler vives par ces soit disant engrais biologiques certifiés au Québec. C'est en lisant la biographie de Big Mike il y a quelques semaines, qu'on a compris à quel point le Mother Earth a une longueur d'avance sur les autres. Le texte énumère plus de 50 premières par Advanced Nutrients dans le monde de la culture du cannabis. Entre autres, ils ont inventé la première base d'engrais organique propre et utilisable en hydroponie goutte à goutte (Mother Earth); ils ont inventé les seules et uniques enzymes organiques pour hydroponie (Sensizym); ils sont les premiers à introduire une formule complète de micro éléments chélatés dans leur base organique pour hydroponie; ils ont inventés et sont les seuls à manufacturer eux même les bactéries et mycorhizes bénéfiques pour hydroponie (Voodoo, Pirhanna, Tarantula) et j'en passe. Avec une base biologique aussi propre, complète et bien balancée c'est difficile de se tromper. Nous ajoutons à cela, le Sensizym qui permet de nettoyer les matières organiques accumulées (vieilles racines). En croissance, pour des racines solides, il faut les Voodoo, Pirhanna, Tarantula et les Carboload, Microbial Munch (des carbohydrates) pour nourrir tous ces micro-organismes bénéfiques. En floraison et fructification on ajoute Sensi Cal Mag+ pour assurer l'apport complet en minéraux et micro éléments. Au besoin, on met aussi des petites doses de Sensi, Nirvana, Ancient Earth, Bud Candy et B-52. Ces engrais peuvent coûter chers à la longue surtout pour ceux qui travaillent dans des gros bassins ou les cultures de grandes valeurs qui doivent changer les solutions toutes les semaines. Pour notre part, nous arrivons à étirer les soupes sur plusieurs semaines voire mois en ajoutant les nutriments au besoin et en gardant le tout bien propre avec les enzymes. Les biofiltres permettent aussi aux micro-organismes bénéfiques de coloniser les tables et survivre plus longtemps. Surtout, un gros avantage de travailler en aéroponie est que l'on a pas besoin d'énorme quantité d'eau. Notre bassin actuel fait 40 litres donc pour une nouvelle soupe à 550 ppm, on ajoute environ 100 ml de Mother Earth et 40 ml de Sensi Cal Mag+. Au secours Mother Earth Le seul vrai problème avec cette stratégie est notre dépendance à des engrais qui peuvent être discontinués du jour au lendemain. C'est ce qui arrive en ce moment avec le Mother Earth au Québec. L'année dernière, Advanced Nutrients a complètement éliminé la distribution de Mother Earth car ils étaient en attente de finaliser leur certification biologique OIM (normes californiennes). Ce printemps, à notre grand bonheur, AN a lancé une gamme complète de produits certifiés OIM dont le Mother Earth mais aussi le Ancient Earth (acides humiques et fluviques) et le très populaire Big Bud. Notre excitation s'est cependant vite atténuée quand nous avons appris que cette gamme n'est pas destinée au marché canadien pour le moment. Nous nous sommes donc dépêché d'aller chercher le dernier 10 litres de Mother Earth en stock dans les environs de Montréal. Cela fera pour un moment mais nous devons réfléchir à la suite. Nous envisageons expérimenter le thé de compost maison mais nous sommes conscients que nous serons loin de la constance, précision des dosages, pureté et diversités des nutriments que l'on retrouve dans le Mother Earth. Une autre option serait de former un groupe d'achat pour l'importer en bonne quantité des États-Unis. Contactez-nous si ça vous intéresse. D'ici là bonne saison à tous. ...
Voir toute la publication
La NASA fait la promotion de l'aéroponie comme étant l'une des meilleures solutions écologiques pour l'avenir de l'agriculture et de la sécurité alimentaire. Nous sommes choyés de pouvoir expérimenter une technique avec autant de potentiel. En 2005, j'assistais à une conférence d'Hubert Reeves dans laquelle il posait la question : "Qu'allons-nous manger demain?" Ces dernières années, les problèmes de désertification, perte des terres arables, transport des aliments et pollution de l'eau sont des rappels douloureux de nos mauvaises habitudes de consommation. Des solutions existent sous plusieurs formes qui consistent à faire plus avec moins, réutiliser plus et gaspiller moins. L'aéroponie a été développé dans ce contexte. Les avantages de l'aéroponie verticale Dans les années 1990, des recherches de la NASA ont prouvé que l'aéroponie haute pression (HPA en anglais) était la technique la plus efficace en eau et engrais pouvant soutenir n'importe quelle plante, même les arbres. Depuis, aucune autre meilleure technique n'a été développée. Seuls les résultats et récoltes de l'aéroponie continuent d'être améliorés. L'aéroponie haute pression fonctionne avec une pompe (50-250 psi) et des brumisateurs qui déposent directement sur les racines des plantes des gouttelettes de 50 microns de solution nutritive. C'est une technique délicate qui peut tourner à l'échec, mais lorsque faites correctement apporte des résultats incomparables aux autres méthodes d'horticulture.
  • Parce que les plantes ont plus facilement accès aux nutriments, celles-ci dépensent moins d'énergie sur leur système racinaire. Elles poussent donc plus vite, sont plus en santé et produisent des récoltes plus grosses.
  • "L'aéroponie peut réduire la consommation d'eau de 98%, d'engrais de 60%, et de pesticide de 100%" - NASA, 2007
  • Les fermes verticales utilisent environ 1/10 de l'espace en comparaison à l'agriculture conventionnelle, réduisant ainsi la pression sur les terres et les milieux naturels.
  • L'agriculture urbaine réduit le transport des aliments étant située à proximité de la densité de population.
Une histoire inspirante On voit de plus en plus de fermes urbaines, verticales et/ou hydroponiques émerger aux États-Unis, Canada, Japon et en Europe. Mais la compagnie la plus inspirante pour nous est AeroFarms au New Jersey. Ayant débuté en 2004, celle-ci opère maintenant 9 fermes verticales aéroponiques, dont l'une est la plus grande ferme intérieure au monde. Ces visionnaires compétitionnent avec une agriculture américaine hautement subventionnée et produisent 390 fois plus par acre que les cultures en champs. Notre aventure aéroponique jusqu'ici Depuis deux ans, nous expérimentons l'aéroponie basse pression. Avant cela, je jardinais de façon amateur et essayais l'aquaponie avec des résultats mitigés. Pour sa part, JF est un véritable hydroculteur avec 19 ans d'expérience. Au début de notre projet dans le solarium de 14 pieds de haut, l'aéroponie était sa dernière frontière. Depuis, nous n'imaginons plus retourner en arrière voyant l'aéroponie comme la seule option évidente. Nous sommes éberlués encore chaque jour de voir ces plantes en santé qui poussent aussi vite. L'année dernière, nous nous sommes amusés à manger des mûres sauvages dont les branches de croissance ont atteint 17 pieds en un hiver. Aussi, nous avons récolté plus de 400 piments d'espelette sur 3 plants. Dans notre système actuel, nous récoltons des radis géants en 3 semaines, laitues icebergs en 4-8 semaines et poivrons depuis que les plants avaient 2 mois. Nous obtenons des résultats impressionnants avec un système basse pression seulement. Maintenant, nous venons à peine de recevoir une pompe booster Aquatec 8800 pour la haute pression et nous avons très hâte de l'expérimenter. JF a déjà mis au point un petit système pour tester déjà très performant après 48h. Nous partagerons plus de détails et photos très bientôt alors merci de nous suivre. ...
Voir toute la publication
Depuis plus d'un an nous expérimentons l'aéroponie et accumulons les photos de nos jardins. Durant l'hiver 2017, notre système aéroponique vertical était installé dans le solarium d'une maison de campagne de 14 pieds de haut. Cet hiver, de retour en milieu urbain, nous travaillons dans un espace beaucoup plus restreint et sans lumière naturelle. Cela nous a forcé à devenir beaucoup plus efficaces et nous avons autant sinon plus de plaisir à faire pousser nos légumes frais. Nous avons construit notre jardin dans un corridor de 4 pieds carré avec du papier Mylar. Au plafond, il y a un ventilateur, un cooltube, un ballast électronique et une ampoule Hortilux Super HPS de 600W. Sur la table aéroponique du dessus nous mettons nos plantes à floraison ainsi que nos radis. En dessous de celle-ci nous avons installé six néons T-5 Sunblaster et une deuxième table qui contient les fines herbes, les laitues et les jeunes plants. Nous avons commencé à faire pousser au début du mois de janvier et avons déjà récolté des radis, laitues, poivrons, haricots et cerises de terre. Pour la recette, nous utilisons les engrais Advanced Nutrients. Nous devrions changer la soupe à chaque semaine mais pour réduire nos coûts et repousser l'expérimentation, nous la changeons à chaque mois. Cela devrait limiter nos rendements mais nous obtenons quand même des vitesses de croissance impressionnantes. Une façon de réussir cela est de surveiller les plantes avec attention et d'ajouter des nutriments spécifiques dès les premiers signes de carence. Il y a deux semaines, nous avons ajouté des plants de bleuets qui venaient de faire deux mois de dormance en terre. Nous avons lavé les racines à l'eau glacée et mis le plant mère et ses bébés dans des pots de coco de 3 pouces pour les accueillir dans le système aéroponique. Les premières feuilles ont commencé à ouvrir après 5 à 7 jours. Mais à notre agréable surprise, le printemps aéroponique nous a déjà apporté nos premières FLEURS de bleuets cette semaine. Nous sommes très heureux de voir la suite et espérons que vous partagerez notre plaisir à suivre nos progrès. ...
Voir toute la publication
<< Précédent : Été 2018, Aéroponie haute pression en serre
Suivant : Hiver 2017, Aéroponie/NFT sous solarium >>